#Volcaniques

Résidant alors en République Dominicaine, Carole Bécam ébauche une série de toiles inspirées des influences contrastées de l’île des Grandes Antilles qu’elle intitule VOLCANIQUES. Comme le sang bouillonnant des premiers résidents de l’île, une ode passionnelle à la Terre, aux éléments naturels, à la VIE.

 

A sa manière, légère et aérienne, elle vient y ajouter une calligraphie toute personnelle issue de l’art Taïnos. Tel un hommage à ce peuple disparu sous les armes des conquistadors. Un peuple pacifique et accueillant, dont on trouve l’origine dans la région amazonienne. C’est sur cette île qu’elle apprend à capter le rouge luminescent qui éclate désormais sur ses toiles. Et qu’elle y expose ses toiles, entre autres, à l’Haïtienne Art Galerie et pour des collections privées à Saint-Domingue.

Pequeña Llama | 2009

 116 x 73 - Acrylique 

 « Pourquoi si petite ? Ombres dansantes, bleus indigo qui se fondent dans la terre rouge des ancêtres, pour capter la lumière des songes »

EXPLORATION | 2009

116 x 89  - Acrylique

« Sur les rives du fleuve, des inscriptions. Au plus profond de la terre ocre, du rouge. Incandescent, brûlant… et l’eau qui ruisselle sur les peaux »

L'ENVOLÉE | 2009

 120 x 120 - Acrylique

« Rouge comme une brûlure, rouge comme la VIE qui tournoie et danse son éternelle ritournelle »

SANS TITRE | 2009

 116 x 89 - Acrylique 

« Matière, quand je te saisis sur le vif, et que la lumière t’envisage sous un autre angle, alors je dis OUI ! »

SANS TITRE | DIPTYQUE | 2010

 100 x 81 - Acrylique 

« La lumière ne chasse pas l'obscurité, vois-tu, elle l'illumine. Tout simplement »

SANS TITRE | 2009

100 x 100 - Acrylique  

 « Des frontières invisibles entourent les vivants. Est-ce pour cela que les hommes se taisent, face au spectacle sans mesure de la Terre ? »

MONDE PERSISTANT | 2010

 50 x 100 - Acrylique

« Des ombres, des lumières et la VIE. Une offrande à la Terre, et le silence est venu, insistant, ponctuant l’infini de ses traces »

FUSION | 2009

 146 x 114 - Acrylique 

«  La vie en fusion émerveille. La vie en ébullition aussi »